Évolution de la prise en charge des personnes sans-domicile à Vienne

Le système viennois d’aide aux personnes sansabri a toujours appliqué le modèle traditionnel par paliers jusqu’au début du débat sur le logement d’abord à l’automne 2011, qui a impliqué de nombreux acteurs. La mise en œuvre du logement d’abord à Vienne peut être considéré comme un processus de désinstitutionalisation. Vienne a commencé à augmenter le nombre de services de logement d’abord et à réformer les services traditionnels d’aide aux personnes sans-abri en géné- ralisant les principes du logement d’abord. Les services tels que les hébergements transitoires et les centres d’hébergement ont été progressivement réduits au profit de services mobiles dans des appartements. Il importe de noter que ce débat a également permis d’intégrer les principes du logement d’abord dans les services existants, comme la séparation de la gestion du logement et de l’aide personnelle, le choix et la participation des usagers, et l’accompagnement flexible en fonction des besoins individuels. Actuellement, l’accompagnement mobile est financé pour 926 personnes (nombre total de services d’aide aux personnes sans-abri : 6.236). Cependant, la ville est confrontée à une pénurie de logements abordables, malgré le stock important de logements sociaux. Le principal défi pour augmenter le nombre de places en logement d’abord est dès lors de trouver des logements abordables. Pour satisfaire ces nouveaux besoins, le secteur du logement à profit limité est très important et doit étendre son rôle. Il convient de renforcer les collaborations innovantes existantes, telles que celle entre les services de logement d’abord et les équipes mobiles d’accompagnement, et de supprimer les obstacles relatifs à l’accès des personnes à bas revenus. Il importe en outre de renforcer la perception du sans-abrisme en tant que problème de logement et d’améliorer la coopération entre les services d’aide aux personnes sans-domicile et le secteur du logement, social et privé, à Vienne.